AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» biographies de claude francois
Dim 21 Fév - 17:47 par Admin

» BIOGRAPHIES D ISABELLE BOULAY
Dim 22 Nov - 18:22 par Admin

» PHOTO DU FILM L ARNACOEUR AVEC VANESSA PARADIS
Dim 22 Nov - 18:16 par Admin

» GREGORY LEMARCHAL A CORPS PERDU
Dim 22 Nov - 18:09 par Admin

» GREGORY LEMARCHAL ECRIT L HISTOIRE
Dim 22 Nov - 18:06 par Admin

» GAINSBOURG - VIE HEROÏQUE
Jeu 12 Nov - 20:13 par griot

» Eddy Mitchell arrête la scène
Mar 10 Nov - 19:17 par Admin

» Michael JACKSON :
Lun 9 Nov - 13:47 par griot

» Imagine : J.Lennon
Dim 1 Nov - 12:18 par Diva

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland

Partagez | 
 

 Les origines du blues : "The blues has always been here"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diva
Admin
avatar

Messages : 140
Date d'inscription : 19/09/2009

MessageSujet: Les origines du blues : "The blues has always been here"   Mer 14 Oct - 20:11



Le blues, comme toute forme de musique populaire, est le résultat d'influences diverses et variées qui se sont accumulées au fil du temps. Vouloir dater son origine serait bien prétentieux et vain surtout que le mot blues n'apparaît dans aucun texte avant le début des années vingt; tout au plus peut-on établir certains repères chronologiques qui ont eu leur importance dans sa naissance et son évolution.


L'esclavage

A l'arrivée des esclaves noirs au début du 18ème siècle, ceux-ci apportent avec eux une culture orale et quelques instruments de musique (tambour, balafon* et banjar**). Les danses étant interdites (trop sexuelles) ainsi que les tambours (susceptibles de véhiculer des messages), les esclaves inventent les worksongs ou field-hollers, sorte de chants qui rythment le travail dans les plantations (un chanteur lance une phrase reprise par les choeurs). Petit à petit une forme primitive de blues se développe : Pendant la journée il aide à supporter le travail et le soir à la veillée il évoque les espoirs et la tristesse mais sert aussi à véhiculer les informations. En effet des esclaves affranchis vont de ferme en ferme tels les griots*** africains pour donner des nouvelles d'untel ou untel. Ce sera le début des migrations du blues suivant les aléas économiques : en remontant le Mississippi vers le nord mais aussi vers la Californie. Parallèlement les esclaves commencent à fabriquer des instruments pour accompagner leurs chants et le rythme traditionnel du blues à 12 mesures se met progressivement en place.


Evolution de l'instrumentation

Qu'il soit profane ou bien d'influence religieuse sous sa forme gospel, le blues verra ses musiciens adopter les instruments à leur disposition. C'est ainsi qu'aux instruments traditionnels africains il se verra adjoindre les violons (en provenance majoritairement d'Europe de l'Est) puis un peu plus tard les guitares hawaïennes lors de l'annexion des îles Hawaii (1898)


L'émancipation

En 1863 le président Abraham Lincoln donne la liberté aux noirs des Etats du Sud. Si certains émigrèrent vers Chicago ou New York, la majorité resta dans le Sud. A l'époque avaient été créés les coon songs, sorte de mélange d'airs populaires, de danses et de spirituals, que les blancs composaient pour se moquer des noirs. Les noirs reprirent ces recettes pour se produire dans des shows itinérants en y incluant petit à petit le ragtime qui était en train de naître (le ragtime fut d'abord joué au banjo avant de devenir un typique du piano)


Le blues du Delta

En ce début du vingtième siècle naît le blues du Delta : C'est un blues joué à la guitare (avec parfois l'adjonction de la washboard ou planche à laver) et qui reste très primaire. Les figures de proue seront Charley Patton (1887-1934), Blind Lemon Jefferson (1897-1930), Leadbelly (1885-1949) et Bessie Smith (1895-1937). Contrairement aux idées reçues le blues du Delta n'est pas antérieur au blues urbain, ils se sont juste développés quasi-simultanément.


Le blues urbain

En raison des vicissitudes économiques, bon nombre de noirs vont émigrer vers les villes à partir des années 1870. Si le blues du delta est joué dans des granges pour un petit nombre de personnes, le blues urbain, joué dans des clubs ou dans la rue, nécessite une sonorisation plus forte pour pouvoir être entendu. C'est ainsi que commenceront à se former de véritables orchestres de blues avec basse, batterie, piano, guitare et parfois cuivres sous l'influence des musiciens de jazz. Jusqu'à la seconde guerre mondiale le blues urbain éclipsera le blues rural grâce à des gens comme Big Bill Broonzy (1898-1958), T Bone Walker (1910-1975) ou Lonnie Johnson (1899-1970) tandis que la Nouvelle Orleans verra se produire de grands pianistes comme Champion Jack Dupree (1910-1992), Professor Longhair (1918-1980) ou Big Joe Turner (1911-1985).


La suite

De façon arbitraire on peut dater la fin de l'époque "origines du blues" à la grande crise de 1929 et aux années qui l'ont suivie. Par la suite l'émigration sera massive vers les grandes cités industrielles du nord Detroit et surtout Chicago. Celle-ci deviendra la capitale du blues jusqu'à la seconde guerre mondiale. Tombé dans l'oubli après la guerre il sera réhabilité par de jeunes blancs fascinés et respectueux : Keith Richards, John Mayall, Peter Green, Jimmy Page ou encore Eric Clapton.


Quelques dates

1863 : Abolition de l'esclavage
1867 : Publication du premier recueil de Negro Spirituals (Salve Songs Of The United States)
1899 : Scott Joplin compose Maple Leaf Rag
1914 : W.C. Handy compose St Louis Blues, l'un des premiers blues qui sera joué par des orchestres de Dixieland.
1920 : Mamie Smith enregistre Crazy Blues
1923 : Sylvester Weaver enregistre le premier blues uniquement à la guitare, Guitar Blues.
1925 : Publication de The Negro And His Song, premier répertoire de chansons populaires des noirs américains.
1926 : Premiers enregistrements de Blind Lemon Jefferson et de Ma Rainey
1927 : Apparition de l'harmonica avec le Memphis Jug Band
1927-1930 : C'est le début de la folie blues et des enregistrements à gogo. On peut citer Son House, Blind Willie McTell, Leroy Carr ou bien encore Mississippi John Hurt. C'est en 1931 que Robert Johnson débute sa carrière.
1933 : Un détenu d'un pénitencier du sud est enregistré par John Lomax. Il s'agit de la légende Leadbelly.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les origines du blues : "The blues has always been here"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emission Tv ARTE (tracks) "British Blues Boom Reload..."
» "maboule blues" (exo)
» Après "Agathe" the blues...
» Le label "Complete Blues"
» Guitare CigarBox "Merlin Blues Machine 7" Blackie-Goldie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE MONDE DE LA MUSIQUE :: Rock Blues-
Sauter vers: